under-the-skin (1)

 

Poussée par la curiosité de cette affiche de film aux allures aliènes, je suis allée voir Under the skin, réalisé par Jonathan Glazer, avec Scarlett Johansson, sorti le 25 juin dernier.

*

Bande annonce [clic]

*

Le synopsis est compliqué à écrire sans complètement dévoiler la fin du film. La presse, dans ses critiques ne s’est pas gênée pour le faire et du coup j’ai regardé ce film en en connaissant déjà la fin et je le regrette. Alors, si vous ne l’avez pas encore vu et que vous voulez garder le mystère, sachez juste que j’ai trouvé ce film beau et intéressant, il change énormément de ce que l’on voit d’ordinaire. Pour ce qui se moquent de connaître la fin, continuons !

SPOIL

 

under-the-skin

 

Synopsis : Une jeune femme, aidée d’un mystérieux motard, erre à travers les rues et la campagne écossaises à la recherche d’hommes désireux de coucher avec elle. Elle les emmène dans des lieux reculés et les tue en les faisant entrer, comme hypnotisés, dans une sorte de liquide noir translucide. Elle agit avec une sorte d’automatisme et avec une grande froideur. Cette femme, venue d’ailleurs (a galaxy far far away) rencontre un homme (Elephant man version soft) qui ne répond pas à son flirt, il croit rêver et la suit sans trop d’arrières pensées, vers l’une des mares liquides tueuses de la jeune femme. Mais celle-ci, touchée par cet homme, l’épargne. Elle qui venait détruire les hommes, est envahie par des sentiments qui la perturbent et en définitive, la perdent.

 

under-the-skin-review-4

 

 

De part sa réalisation et forcément par son récit, ce film ne ressemble, de près, à rien de ce que j’ai vu jusqu’à présent. On se laisse emporter à travers le désert écossais, la solitude de ses paysages et le désarroi ambiant de ses villes.

Le film a un rythme assez lent, ce qui d’habitude a le don de m’agacer (coucou Breaking bad), mais ici, cela ne m’a pas empêchée de rentrer dans l’histoire dès les premières minutes. Les dialogues, présents dans la première moitié du film disparaissent presque complètement ensuite. Il reste le regard de Scarlett découvrant différentes facettes des hommes : prédateurs et / ou protecteurs.

Les femmes n’ont quasiment pas de place dans ce film, il n’y a que le personnage de Scarlett qui, telle une mante religieuse, s’entoure de mâles à travers lesquels elle (se) découvre une part d’humanité.

Vous avez vu ce film ? Vous en avez entendu parler ? Qu’en pensez-vous ?

Sans titre

Rendez-vous sur Hellocoton !
Taggé sur :                    

4 thoughts on “Under the skin (2014)

  • 15 juillet 2014 à 11 h 22 min
    Permalink

    J’avoue que les critiques que j’en ai lues me branchent bien !

    Répondre
    • 15 juillet 2014 à 13 h 34 min
      Permalink

      C’est vrai qu’il vaut le coup, mais ne t’attends pas non plus au film de la décennie. On est trop souvent déçus par de bons films qui ont eu la malchance d’être sur-vendus par la presse ou les spectateurs.

      Répondre

Laisser un commentaire